ennui

« J’angoisse + je m’ennuie = je mange »

Publié le

➡️ Voici un article d’actualité en lien avec le confinement. Cette situation est susceptible de chambouler vos habitudes alimentaires et d’induire des grignotages ou compulsions alimentaires.

1️⃣ L’alimentation a trois fonctions: 

  • Nutritive et énergétique 
  • Affectives et émotionnelle
  • Symbolique et relationnelle (culture / partage) 

LE PLAISIR EST PRÉSENT À TOUTES LES ÉTAPES, APPORTANT RÉCONFORT ET APAISEMENT. (Source: « Pratiques en nutrition » – octobre / décembre 2017)

En fonction de cet état de plaisir et du niveau de nos réserves énergétiques diverses réponses de l’organisme nous conduiront à arrêter de manger ! 

⚠️ Déjà posez vous la question de savoir si vous prenez du plaisir à manger ?! 

2️⃣ Il est intéressant de s’interroger sur les éléments qui conditionnent / orientent nos choix alimentaires. 

📍Nous sommes naturellement attirés par le goût sucré, c’est inné. Cependant ce goût pour le sucré est fortement renforcé par le contexte socioculturel et psycho affectif (habitudes, éducation…). 

📍Les préférences sont accrues par l’exposition répétée à un aliment. La nourriture de type occidentale est fortement basée sur les produits industriels ultra transformés, gras et sucrés. 

📍Des travaux scientifiques suggèrent que les personnes obèses ne sont pas plus attirées par le sucré que les autres. Par contre celles d’entres elles dont le poids fluctue depuis des années en étant soumis à des régimes permanents sont davantage attirées par le sucré et le gras. 

Aussi il semblerait que LES REGIMES MONOTONES induisent des épisodes de compulsion alimentaire.  

📍Dans tous les cas, l’organisme met en place des mécanismes induisant des effets agréables en rapport avec la prise alimentaire uniquement afin DE SATISFAIRE SES BESOINS ÉNERGÉTIQUES. 

3️⃣ Cependant le stress est susceptible de « court circuiter » ces mécanismes de régulation. Plus les sujets sont restreints, plus le stress peut engendrer des compensations alimentaires. 

4️⃣ Les conseils à retenir afin de limiter pulsions / grignotages :

📌 Anticiper et structurer sa journée avec un rythme alimentaire cohérent à heure fixe.

📌 Limiter l’impact du stress en faisant de l’alimentation une alliée et non une contrainte. Les problèmes digestifs (constipation notamment), inflammation, déficits micro-nutritionnels (Omega 3 / fer/ magnésium…) sont autant de facteurs susceptibles de favoriser l’impact du stress.

📌 Faire des choix alimentaires avisés avec certains nutriments essentiels à l’organisme favorisant notamment la satiété :

   🔸Les protéines (viandes / poissons / œufs / produits laitiers / légumineuses …).

   🔹Les bonnes matières grasses, notamment les Omega 3 (oléagineux, huile olive, noix, colza, avocat, poisson gras…).

  🔸Les fibres présentent dans les produits céréaliers complets, les légumineuses, les fruits, les légumes…

  🔹La satiété est également impactée par le volume de l’assiette. Veiller à consommer au moins un légume par repas.

📌 Éviter les restrictions et régimes monotones.

📌 Limiter la consommation de produits industriels qui contiennent beaucoup d’énergie dans un faible volume.

📌 Ne pas hésiter à faire une collation si nécessaire en fin d’après-midi. Elle ne devra pas uniquement être composée de produit industriels et / ou sucrés. Intégrer une source de protéines / matières grasses limitera l’impact de cette prise alimentaire sur votre glycémie (produit laitier, oléagineux…).

✅ Les notions de plaisir et d’équilibre ne sont pas contradictoires !